Happy 25th Photoshop!

Photoshop, une affaire de famille

 

À l’automne 1987, Thomas Knoll est doctorant à l’université et féru de photographie, une passion héritée de son père, professeur d’université, qui avait installé une chambre noire au sous-sol de la maison familiale.

 

Dans le cadre de sa thèse, dont l’objet était d’apprendre aux ordinateurs à comprendre les images, Thomas développe plusieurs outils de traitement d’images. Pas vraiment porté sur la rédaction et de son propre aveu, trop occupé à « procrastiner et à bidouiller des outils de retouche d’images », il ne rendra jamais sa thèse.

 

C’est son frère John, alors cadreur à Industrial Light & Magic (il est maintenant superviseur des effets visuels et a œuvré sur Star Wars, Star Trek, Abyss, Pirates des Caraïbes, Avatar…), qui assiste aux prémices de la retouche d’images et lui soufflera l’idée d’en faire un logiciel de retouche.

 

Durant plusieurs mois, les deux frères améliorent le logiciel et y ajoutent des fonctionnalités dans le but de le commercialiser.

 

La naissance d’une révolution

 

De démos en changements de noms – Display, PhotoLab, puis ImagePro (pour image processing, mais c’était déjà pris) ; Photoshop 0.87, la première version du logiciel, voit le jour en… 1987 (il y avait un indice dans le nom de la version). Les débuts sont difficiles, jusqu’à ce que l’entreprise BarneyScan offre aux frères de vendre Photoshop 0.87 avec leur scanneur, pendant une durée limitée. Quelque deux cents copies du logiciel sont ainsi écoulées.

L'évolution du logo Photoshop de 1987 à 2013.

En septembre 1988, Adobe découvre Photoshop. L’enthousiasme de l’équipe de la petite entreprise de la Silicon Valley débouche rapidement sur la signature d’un contrat d’exploitation de la licence. Dix mois plus tard naît Photoshop 1.0 sur Macintosh (ah, la dimension historique qui explique peut-être en partie pourquoi les utilisateurs Android se rongent encore les ongles).

« On pensait en vendre 500 exemplaires par mois », dira plus tard Thomas Knoll.

 

La révolution en marche


Depuis 25 ans, Adobe et Thomas Knoll n’ont cessé de poser les jalons de l’édition d’images numériques et de sa démocratisation.

 

Photoshop aujourd’hui, ce sont plusieurs dizaines de millions d’utilisateurs. De la photo, à l’art, en passant par les effets spéciaux, l’impression 3D, l’astronomie et la médecine, rares sont les domaines où il n’en est pas fait usage. « Des domaines dont on n’aurait pas pu imaginer qu’ils utiliseraient le logiciel il y a 25 ans », déclare Zorana Gee, senior product manager pour Photoshop.

Si Photoshop est aujourd’hui le leader des éditeurs d’images sur les desktops, c’est sans nul doute grâce à la capacité des équipes d’Adobe à en adapter l’usage. 
Les outils et les fonctionnalités de Photoshop ont évolué avec les progrès technologiques, autant qu’avec les mutations sociétales qu’ils engendrent, faisant du logiciel à la fois le produit, mais aussi l’acteur d’une révolution créative.

 

Chez Adobe, on parle même d’une relation « symbiotique » entre le logiciel et ses utilisateurs. Une relation concrètement mise à profit par le SDK Creative par exemple.

 

Acteur du changement


Observer les nouvelles habitudes pour adapter le workflow, voire en créer de nouveaux, est la clé pour rester l’éditeur de référence sur le marché des logiciels. Les équipes d’Adobe ne s’y sont pas trompées.

 

À commencer par la fin annoncée en 2013 de la Creative Suite et son remplacement par le Creative Cloud. Adieu licence, bonjour abonnement. Photoshop se plie ainsi au mode de consommation d’une société avide de mises à jour – même mineures – et qui privilégie l’investissement à court terme. Le consommateur du 21e siècle est allergique à l’engagement et doit pouvoir n’utiliser que ce qui l’intéresse. Liberté, j’écris ton nom. En théorie du moins, car résilier son abonnement, c’est perdre son Creative Profile, donc son travail, ses outils personnalisés, etc. La liberté a ses limites.

 

Mais la révolution Photoshop n’est pas seulement dans le modèle économique, elle passe aussi par le hardware. Depuis quelques années, le nomadisme et l’instantanéité sont devenus des modes de vie. L’usage des appareils mobiles a naturellement pris de l’ampleur, leur capacité augmente et Photoshop s’est adapté à ce nouveau format avec ses déclinaisons mobiles Photoshop Sketch et Photoshop Mix et le lancement des applis Color CC, Shape CC et Brush CC en octobre 2014.

Objectif invoqué : faciliter l’accès au contenu, via un profil utilisateur et permettre un va-et-vient entre desktop et appareil mobile. Voilà, un nouveau workflow est né. Plutôt une version moderne, c’est-à-dire connectée, du combo « carnet de croquis-ordinateur ».

 

En fait, c’est surtout un bon moyen pour Adobe d’assurer son utilité à tous les stades de la création. De l’idée, à l’exécution et jusqu’à la finalisation, il y a une appli, une version mobile et une version desktop qui permettent, grâce au Creative Cloud, de créer sans quitter l’univers Photoshop.

 

Photoshop évolue donc avec son temps, il intègre aussi de nouvelles fonctionnalités. Adobe a ainsi acquis en décembre dernier Fotolia, la banque aux 36 millions d’images. Une fois l’acquisition finalisée, dans quelques semaines, les membres du Creative Cloud auront probablement accès à la bibliothèque Fotolia directement depuis le logiciel (un plugin est déjà disponible pour CS5 et CS6) et à un certain nombre de services qu’il nous tarde de découvrir.

Bref, la révolution est telle qu’elle est même entrée dans le langage. Qui n’a pas aujourd’hui entendu, voire utilisé, le verbe « photoshoper » ? Et que dire des « Photoshop fails », tout aussi fameux que les lolcats sur le web ? Pas de doute, Photoshop s’est fait une place dans la pop culture.

 

La rançon de la gloire


Cette place de leader expose bien entendu Photoshop à de nombreuses critiques et controverses. D’aucuns prétendent ainsi que si les versions CS de Photoshop étaient si faciles à pirater, c’était pour mieux évangéliser. Pour le lancement du Creative Cloud, Adobe a même joué sur le phénomène en lançant une vidéo, entre humour et ironie, invitant à cracker la CS6… pour mieux craquer pour le CC.

 

Mais le logiciel essuie également régulièrement des critiques d’un ordre plus « philosophique », notamment relatives à son usage abusif dans le domaine de la retouche photo. Une critique à laquelle Thomas Knoll répond en mettant en perspective l’éthique des personnes qui utilisent le logiciel. « Photoshop est un outil qui, comme n’importe quel outil, peut-être détourné de sa fonction. Mais en règle générale, il crée tout de même beaucoup de belles choses. C’est l’éthique des gens qu’il faut remettre en question. »

 

Côté pratique, on s’oppose souvent à la même réserve : « N’y a-t-il pas trop de fonctions ? Les gens n’en utilisent réellement qu’un faible pourcentage. » Tous les utilisateurs se sont un jour entendu dire : « Pour une action, il y a dix façons de faire dans Photoshop ! » Une blague répandue à laquelle Thomas Knoll et Zorana Gee font grosso modo la même réponse : tous les chemins mènent à Rome. Et Zorana Gee d’ajouter : « Photoshop est conçu pour des utilisateurs très différents, pour toutes les personnes qui ont à faire à une image numérique en fait, quel que soit le domaine et le degré d’intervention sur l’image. »

 

Dream on


Leader sur le marché, ajoutant sans relâche de nouvelles cordes à son arc, que peut-on espérer de Photoshop au cours des 25 prochaines années ?

 

Difficile de se projeter, même si l’on peut miser sans risque sur une accentuation de l’utilisation sur les appareils mobiles et leur intégration toujours plus soutenue dans le workflow des créatifs.

 

Pensons également à la vidéo. Comme pour la 3D, Photoshop pourrait dans un futur proche intégrer quelques fonctions basiques de retouche.

 

Finalement, tout l’enjeu du futur de la création numérique sera de composer au mieux avec l’instantanéité qui est la norme aujourd’hui et d’utiliser au mieux les capacités des appareils mobiles. Tout cela au service de nouveaux workflows, intégrant les appareils mobiles et le Cloud, et permettant des allers-retours entre mobile et desktop pour ne jamais perdre le fil de sa création.

 

Nous avons demandé à celui qui a écrit chaque ligne de la première version de Photoshop s’il existe un outil qu’il rêve d’y ajouter. Il a répondu qu’il est déjà impressionné par tout ce que le petit logiciel qu’il a développé il y a 25 ans permet d’accomplir, et que son développement est allé bien au-delà de ses expectatives et de ce qu’il aurait pu imaginer.

 

Quant à l’équipe produit d’Adobe, elle travaille à « rendre les choses plus simples. Moins d’étapes, moins de clics ! » et s’amuse souvent du mythique « auto-awesomizer tool ». « Un jour ce bouton existera et l’on obtiendra une image parfaite en un clic », a déclaré Zorana Gee en riant.

 

Une chose est sûre, les équipes de développement continuent de rêver, nous promettant encore de belles surprises et Adobe peut s’enorgueillir de porter un outil qui offre de telles possibilités de travail sur une image.

 

Happy 25th Photoshop!

DIS-SOLUTION by Martin Grohs

 

 

 

 

 

 

 

LIRE L'ARTICLE Tags: , , , , , , , ,

Advanced Creation Photoshop 72 – Améliorer vos personnages

D’après Comics Alliance, 40 films de super-héros devraient être produits d’ici 2020.

Continuer la lecture

LIRE L'ARTICLE Tags: , , , , , ,

STF avec Photoshop – Fantasy et science-fiction

Quand les frères Bodganov tentent d’expliquer le Big Bang en trois minutes, votre magazine, lui, vous offre 160 pages pour vous plonger dans l’univers de la science-fiction et de la fantasy !

Continuer la lecture

LIRE L'ARTICLE Tags: , , , , ,

Livre – L’encyclopédie des revenants

« J’ai promis… Et ils m’attendent en bas… Tous ces revenants impatients de renaître ». Si vous aimez les histoires qui font peur et les illustrations qui vont avec, voici un beau livre qui devrait vous plaire…

Continuer la lecture

LIRE L'ARTICLE

L’école multimédia, partenaire de la fête digital

Rendez‐vous de la création et de l’échange, la Fête du graphisme est l’évènement majeur qui met en avant l’art graphique sous différentes formes et dans différents lieux de Paris.

Continuer la lecture

LIRE L'ARTICLE

Deux tutoriels gratuits sur PhotoshopCAFE

Colin, du site PhotoshopCAFE, présente deux nouveaux tutoriels gratuits.

Continuer la lecture

LIRE L'ARTICLE